Nose art d’une pin-up sur le Memphis Belle, un bombardier B-17 de l’armée américaine.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les pin-up connaissent un très large succès, non seulement auprès de la population, mais surtout chez les militaires, notamment chez les G.I. Des représentations de pin-up étaient fréquentes dans leur paquetage et certains pilotes faisaient même peindre l’avant de leur avion à leur effigie, il s’agit alors de nose art. Un grand nombre de ces dessins et photos proviennent du magazine hebdomadaire Yank, the Army Weekly. Leur succès continue d’augmenter et durant les années 1950, commence l’âge d’or des pin-up, principalement aux États-Unis. On peut notamment citer Gil Elvgren, illustrateur emblématique de cette période. À cette époque, elles apparaissent sur des magazines, journaux, posters, calendriers ou des « cartes d’arts », petites vignettes à collectionner qui ont participé à leur popularisation. Les pin-up sont également appréciées des camionneurs qui apposent leurs images en tôle découpée sur la calandre de leurs véhicules. Plusieurs de ces représentations sont d’ailleurs actuellement recherchées par les collectionneurs.

Le succès des pin-up continue jusque dans les années 1970, où elles sont même utilisées dans la publicité, et même Coca-Cola les utilise pour faire la promotion de leur boisson. Mais à la suite de l’apparition des magazines érotiques et pornographiques comme Playboy ou Penthouse, la mode des pin-up disparaît progressivement au profit de photo de femmes nues de plus grande qualité.

On assiste depuis quelque temps à un regain d’intérêt pour ces égéries des années 1950 avec l’arrivée de modèles célébrant cette époque. La mode, les magazines, les artistes remettent le style pin-up au goût du jour. Certaines modèles comme Dita von Teese font d’ailleurs de ce courant leur marque de fabrique.