Les revenus trop bas, menant à une destination vers la précarité, est signe de maltraitance sociale par la suite.

même si le sujet reste vaste et ouvre à un débat avec nombreuses divergences d’opinions; le lien entre la maltraitance et le métier  d’auteur BD fait peur. bien que par choix pour une passion, et pour son épanouissement personnel; l’activité d’auteur BD n’est pas facile car le travail est mal rémunéré, voir bénévole; le poste n’est pas stable car il se succède des contrats et non pas une embauche définitive. La question sur la rémunération des auteurs a été plusieurs fois remise en question par les politiques et nous pouvons distinguer des changements sur les organisations des salons et festivals où les stands sont parfois de plus en plus difficiles à obtenir pour les association ou les indépendants. Si l’on considère que la maltraitance est aussi un oubli volontaire, alors le débat peut se poser. à vous de d’établir votre propre jugement sur la question.