La nuit est tombée sur le palais royal. Deux ombres se dirigent vers la chambre du souverain. Il s’agit du médecin personnel du roi et de son apprenti. Tandis que le vieux médecin prépare des remèdes pour le roi qui semble être souffrant, le jeune apprenti glisse un plateau de victuailles sous le rideau qui le sépare du lit du roi… et se fait attaquer.
Le spectateur ne le sait pas encore, mais cette scène d’ouverture marque le début de la catastrophe à venir.

Les 6 épisodes de cette (trop) courte première saison suivent les pérégrination du prince héritier (Ju Ji-Hoon), fils illégitime du roi avec une concubine, traqué par le père de la reine, régent corrompu qui est prêt à tout pour conserver le pouvoir, quitte à transformer le roi en zombie pour continuer de régner à sa place…
Mais l’épidémie s’est quand même propagée et le prince héritier, assisté de son fidèle homme de main (Kim Sang-Ho), aussi courageux que comique, se retrouvent pris au cœur de la tourmente.

Lorsque l’on parle de zombies, il est impossible de ne pas penser à la série « The Walking Dead », qui, avec un grand succès rencontré dés sa première saison, est devenue la référence du genre malgré une perte de vitesse et une certaine redondance dans ses dernières saisons. Kim Eun-Hee, la scénariste, (qui a notamment réalisé la série Signal, grand succès en 2016), et Kim Seong-Un, le réalisateur, nous proposent une redécouverte du genre, mêlant habilement intrigues politiques médiévales propres au genre Sageuk, très populaire en Corée, avec horreur et action, le tout saupoudré d’une petite dose d’humour.

La série a besoin de deux épisodes pour démarrer. Le premier nous plonge au cœur d’une Corée magnifique et méconnue, avec des costumes aussi somptueux que les décors. L’intrigue démarre doucement, entre complots et présentation des nombreux protagonistes. Kim Seong-Un multiplie les plans magnifiques plein de personnages en costumes somptueux, autour de bâtiments traditionnels que l’on peut découvrir aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur pour un plaisir des yeux sans cesse renouvelé. Il n’hésite pas non plus à présenter la rude réalité des villages de campagne profonde ou le peuple meurt de faim. Le tout mêlé a des prises de vue de la campagne Coréenne, nous présentant parfois des lieux très pittoresques donnant l’impression de voyager. Tout est fait pour offrir au spectateur une immersion totale qui contrebalancera le rythme un peu lent, mais nécessaire des deux premiers épisodes.

Les choses s’accélèrent ensuite et les intrigues politiques se mêlent aux attaques de zombies qui sont rythmées par le fait que ces zombies n’attaquent que la nuit. Donc, le jour, on s’organise, on construit des barricades, on fuit et on se prépare à la venue de la nuit.

On se rend compte assez vite que cette invasion de zombies est causée par les intrigues du régent et par le fait que le peuple meurt de faim.

La série privilégie l’action au gore. Elle reste sanglante, mais, à pars une deux fois, jamais insoutenable. L’humour est habilement utilisé pour compenser l’hémoglobine inévitable au genre, et est en partie du aux gesticulations des personnages et à leur réactions parfois comiques face aux zombies. Le spectateur se souviendra surement du magistrat Cho, un fumiste pistonné par le pouvoir en place qui n’a pas du tout la carrure pour le poste qu’il occupe. Son côté naïf et gaffeur, ses expressions faciales, son attitude face aux zombies, sont juste un pur plaisir !

Les six épisodes de cette série attachante et trépidante s’enchainent à toute vitesse, le spectateur se retrouve immergé au cœur d’une ambiance apocalyptique qui n’est pas alourdie par de lourdes réflexions existentielles baignées de violence malsaine. On finira par s’attacher à ces personnages et à les quitter avec regret à la fin de l’épisode 6.

La fin de la saison révèle au spectateur plusieurs rebondissements inattendus qui vont changer toute la donne. Finir le dernier épisode juste avant une grande bataille épique a de quoi frustrer, mais Netflix ayant annoncé une saison 2 (Prévue pour le début de 2020), nous pouvons nous assurer de bientôt retrouver le prince héritier et ses collègues dans leur lutte contre cette épidémie qui menace le pays.