Tokyo est une source d’inspiration pour nombreux artistes et “tokyo Godfathers” fait parti des films d’animation japonais qui se nourrissent de la culture nippone. 

Ce film d’animation de 92 minutes sorti en 2003 et crée par Shôgo Furuya et Satoshi Kon se résume par une ambiance de noël et des sans-abris qui trouvent un bébé dans les poubelles. Une folle aventure dans les rues de Tokyo, avec de sombres portraits psycho-dramatiques pour chacun des personnages centraux. Un travesti qui ne manque pas d’humour et d’extrême sensibilité souhaite devenir une sorte de mère poule pour ce petit abandonné. Cela laisse songeur quand à l’analyse de notre société actuelle; dont on retrouve un parallélisme entre humour tragique et triste réalité de notre époque. une jeune ado qui a fugué et qui se cherche ainsi qu’un homme d’un certain âge qui semble avoir du vécu dans les rues; ces trois personnages forment une belle famille et recueille le petit bébé avec beaucoup d’affection et de cœur malgré leur pauvreté, leurs difficultés à se nourrir et à manger. Une aventure plutôt drôle et divertissante qui ne laissera pas insensible les amateurs du genre psychologie et dramaturgie. Les décors sont très réalistes et les couleurs sont pesées et calculées afin de donner à l’ensemble une nostalgie de la dure vie des rues. Le drame de leurs vies est mis en valeur dans le récit et c’est avec beaucoup de philosophie et dureté dans les dialogues que la morale se définit en fond constant dans l’aventure. Dans l’ensemble la note serait assez bonne; c’est un bon moment à passer pendant le visionnage et l’esprit est curieux à chaque scène de comprendre de quel type d’aventure il s’agit et jusqu’où les dialogues iront dans les descriptions de l’ambiance et surtout la psychologie des personnages. Un bon film.